NOTRE DAME DE PARIS

Dès 1930, Fernand Jacopozzi  réalisa une mise en lumière de la cathédrale Notre Dame de Paris.

Quand au milieu des années 1950 il fut décidé d'installer des projecteurs Mazda Infranor (voir article) pour moderniser l'éclairage, il n'y eu pas de difficulté pour sa façade. Les projecteurs furent positionnés sur le toit de l'Hôtel Dieu, légèrement sur la gauche de l'édifice. Mais pour installer ces mêmes projecteurs côté sud avec discretion sur le quai Montebello, comment faire ? Alors on eu l'idée de démonter les projecteur Infranor, de ne garder que ses miroirs et ses lampes et de placer le tout dans de faux kiosque de bouquiniste dont les parties arrières étaient évidées pour laisser passer le flux lumineux. 

Dans les années 1960, dans ces mêmes kiosques, on remplaça les Mazda Infranor par des projecteurs PAR plus modernes (voir photos). En 2007, les concepteurs lumière Roger Narboni et Louis Clair, propsèrent une mise en lumière moderne avec une partie des projecteurs disposés directement sur la cathédrale, permettant ainsi une vision nocturne digne de ce chef d'oeuvre.

En 1989, la Caisse Nationale des Monuents Historiques et des Sites et la Ville de Paris décident de renouveler la mise en lumière de la cathédrale Notre Dame, qui datait de 1954. Après deux années d'étude et d'éssais sur site, le projet d'illumination est arrêté e, 1992 pour permettre le ravalement des façades.

En 1999, les façades nettoyées laissent apparître d'une manière plus criante les défauts de l'ancien éclairage, dérglé et de technique âgée. La Ville de Paris relance alors le projet et demande aux concepteurs lumière, laurétas du concours de 1989, une refonte complète du projet initial.

Le concept réactualisé intègre la couleur retrouvée de la pière nettoyée, sa douceur et sa luminosité. La nouvelle illumination adoucit les contrastes et s'enrichit d'une mise en valeur subtile de la statutaire. Elle est réalisée en une seule tonalité de lumière blanc chaud et se décline en un éclairage de fond (lointain et diffus) des façades, et un éclairage d'accentaution (positionné sur le moniment), fait de rehaut et d'enluminures, qui vient souligner les portails, les détails architecturaux et les rambarde de pierre.

Ell donne ainsi à lire la nuit la composition de la façade ouest, sa profonfeur étagée et le développé subtile de sa double peau de pierre. La mise en lumière dees façades Sud, Nord et du chevet a été mise en oeuvre dans la continuité de la façade orientale. les arc-boutants sont éclairés en contre-plongée e manière douce et légère. Le clocher et les apôtres à sa base sont délicatement illuminéspour veiller dans le ciel nocturne parisien.

Conception lumière: CONCEPTO en collaboration avec Light
Maîtrise d'oeuvre : GIE Eurec
Maîtrise d'ouvrage : Ville de Paris
Etudes : 189//989/1992
Etudes et réalisation : 1999/2007

Jean Jacques Le moellic

Go to top