UTILISATION DU PROJECTEUR MAZDA INFRANOR P1000

Le projecteur MAZDA INFRANOR P1000 fût surnommé en son temps par les agents EDF service de l'éclairage public, la marmite, la couscoussière ou la D.C.A.
 
Projecteur incontournable de 1950 à la fin des années 1970 car il y avait peu de choix concurrentiel chez les autres fabricants. Principale originalité du Mazda infranor, un faisceau de lumière rectangulaire, une optique composée de lamelles réfléchissantes en aluminium au traitement spécial, juxtaposées les unes par rapport aux autres et orientées de telle manière que le faisceau de chaque miroir se superpose partiellement sur les faisceaux émis par les autres miroirs.
 
Dernier détail, la variation de l'ouverture du faisceau en réglant la position de la lampe. Cette lampe incandescente était une Mazda 3000W en 110V à calotte sphérique argentée.

A Paris dès 1955, Notre Dame, le Louvre, les Invalides, Vincennes, Versailles, la Conciergerie, le palais de Chaillot, le Sacré Cœur, la tour St Jacques, le Panthéon bénéficiaient de la lumière de l'Infranor. En 1958 ce fût la consécration avec la mise en lumière de la tour Eiffel avec 170 unités positionnées dans des fosses sur le champ de Mars.
 
Inconvénient de ce projecteur, la chaleur infernale dégagée. Ce qui fait par exemple que les unités installés dans les fosses de l'arc de triomphe de l'Etoile à Paris étaient munis de ventilateurs pour prévenir la déformation de la lampe. Ils furent peu à peu remplacés à partir des années 1960 par des projecteurs équipés de lampes "PAR" circulaires certes plus nombreux mais plus discrets et beaucoup moins encombrants.

Jean Jacques LE MOELLIC

Go to top