Menu

 Le mot Electricité


William Gilbert (1544-1603), médecin de la reine Élisabeth Ière d'Angleterre va se révéler être un véritable chercheur dans les domaines du magnétisme et de l'électricité.

Après de longues années d'expériences sur les aimants naturels et artificiels, les boussoles et les corps électrisables, il publie De Magnete (De l'aimant), considéré comme le premier livre de physique expérimentalepublié en Angleterre.

Pour Gilbert, contrairement à ce que Thalès de Milet avait pu constater dans l'Antiquité grecque, l'ambre n'est pas la seule substance capable d'attirer les corps légers. D’autres matériaux (soufre, verre, diverses résines...) peuvent également se charger par frottement en électricité statique.

Il baptise « electrica » ces corps qui ont la même propriété que l'ambre - dont le nom en grec n'est rien d'autre qu'elektron !

Les expériences électrostatiques du Palais de la Découverte 

Son premier ouvrage est  De Magnete, Magneticisque Corporibus,  et de Magno Magnete Tellure  (Du magnétisme et des corps magnétiques, et du Grand Aimant Terre) publié en1600. Dans ce livre, que l'on peut considérer comme le premier livre de physique expérimentale publié en Angleterre, il fait le bilan de près de vingt années d'expériences sur lemagnétismedes aimants naturels et artificiels et sur les boussoles. Il a été inspiré par les travaux deRobert Norman.

Dans ce livre qui développe une théorie d'ensemble du magnétisme terrestre tout en puisant dans le vieux savoir des forgerons colchesteriens, le rédacteur remarque avec clarté et finesse les règles d'attraction et de répulsion des aimants par leurs pôles

  • • l'aimantation d'un barreau de fer doux dans un champ magnétique
  • • l'influence de la chaleur sur le magnétisme du fer.

Fondant son hypothèse sur des expériences précises, il propose d'assimiler la Terre à un aimant et conclut que cela est la raison pour laquelle la boussole indique le nord (jusqu'alors, on pensait que c’était l'étoile polaire, ou une grande île magnétique au pôle Nord qui attirait la boussole). Il façonne un gros aimant en forme de boule, la terrella, qui lui sert de modèle réduit de la terre. Les orientations que prend une petite aiguille aimantée à sa surface correspondent à celles que l'on peut observer sur le globe terrestre.

Plus d'infos sur le sujet

Rédaction : Jean Michel Berthod
Inspiré du site EDF

Go to top