Sites historiques de la CPDE

Le 1er janvier 1914, la Ville de Paris charge la Compagnie Parisienne de Distribution d’Electricité (CPDE) de distribuer et commercialiser l’électricité sur l’ensemble du territoire de Paris, en prenant la suite de 6 compagnies qui composait l’Union des secteurs créée en 1907.

 La CPDE met en service à la même époque 2 usines de production situées à l’extérieur de Paris, à Saint Ouen et à Issy les Moulineaux, qui produisent du courant alternatif diphasé 12500 volts à 42 périodes. Les câbles qui sortent des ces 2 usines alimentent des sous-stations qui ont pour but de transformer la tension et le type de courant afin de les rendre conformes à ce qui était distribué dans les différents secteurs de Paris. 

 Ainsi 20 sous-stations de 3 types différents vont voir le jour :

  • Les sous-stations pour courant continu équipées avec des convertisseurs rotatifs (commutatrices ou groupes comportant un moteur synchrone ou asynchrone et une génératrice à courant continu). Ce sont les sites de Trudaine, Bergère et Bondy pour le secteur continu 3 fils et les sites de Puteaux, Pasquier, Saint Roch, Mauconseil, Sévigné, Voltaire et Saint Antoine pour le secteur continu 5 fils.
  • Les sous-stations pour courant alternatif 3000 volts équipées de transformateurs statiques monophasés abaissant la tension de 12500 à 3000 volts, tension correspondant à la tension distribuée dans les secteurs des Champs Elysées et de la Rive Gauche. Ce sont les sites de Gobelins, Sèvres, Muette et Ternes.
  • Les centres de couplage ou de répartition pour la nouvelle zone non encore desservie située au nord et à l’est de la ville qui ne réalisent aucune transformation du courant mais d’où partent des câbles en 12500 volts qui alimentent des postes de transformation disséminés dans cette zone et desservant eux-mêmes un réseau basse tension 4x110 volts alternatif diphasé. Ce sont les sites de Doudeauville, Laumière, Ménilmontant, Charonne et Daumesnil.

Même si certains de ces sites ont fermé dans les années 1960 avec l’extinction du courant continu, d’autres ont fonctionné jusque dans les années 1990 et rappellerons beaucoup de souvenirs à ceux d’entre nous qui ont œuvré dans ces bâtiments souvent en service continu 24 heures/24 à entretenir les installations ou à exécuter des manœuvres dans ces sites qui n’ont été télécommandés que dans les années 1980. Maintenant la plupart de ces bâtiments sont ou vont être rendus à la Ville de Paris conformément au traité de concession qui expirait le 31 décembre 2009

Go to top